Maxime PLANTE

Maxime Plante est chercheur postdoctoral au Département des littératures de langue française et au Département de philosophie de l’Université de Montréal. Dans le cadre de son projet, il s’intéresse à l’apport heideggérien à la pensée de Jacques Derrida à la lumière des archives inédites de ce dernier. En 2017, il a soutenu une thèse sur la question de l’écriture dans l’œuvre de Derrida, dans laquelle il clarifiait la relation entre la pensée de l’écriture et la dimension phénoménologique du travail de Derrida. Outre ce penseur, il s’intéresse également à l’herméneutique philosophique, au mouvement phénoménologique (Heidegger, Lévinas) ainsi qu’aux rapports entre philosophie et littérature.

 

Article·s publié·s dans le Cygne noir

Recensions