Effacer – Paradoxe d’un geste artistique de Maurice Fréchuret, par Alban Loosli

Recension

Maurice FRÉCHURET, Effacer – Paradoxe d’un geste artistique, Paris, Les presses du réel, coll. « Dedalus », 2016, 336 p.

Maurice Fréchuret est conservateur, commissaire, enseignant et historien de l’art émérite. Il a récemment été nommé conservateur des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes et a publié de nombreux ouvrages, tels que Le mou et ses formes ou La machine à peindre. Son dernier livre, Effacer – Paradoxe d’un geste artistique, pour lequel il a gagné le prix Pierre-Daix 2016, réunit plusieurs œuvres d’art prenant le contre-pied du voir et du faire voir, afin d’effectuer une typologie de l’effacement en tant que geste artistique moderne et contemporain. Cette typologie se base sur un triple postulat. L’effacement implique d’abord une lutte contre l’hégémonie de la vue et réduit la portée du visuel dans l’art tout en refusant l’injonction de montrer. Il produit ensuite des œuvres dont l’appréhension n’implique pas obligatoirement l’exercice du regard. Il agit enfin comme un fil d’Ariane reliant les paradigmes moderne et contemporain à l’échelle internationale. Cette première tentative de recensement d’œuvres misant sur l’effacement et explicitant le sens de ce geste mérite qu’on s’y attarde.

LIRE LA SUITE